Questions d'ergonomie

Trop souvent réduite à la qualification de simples sièges et de manches d’objets, l’ergonomie concerne aujourd’hui tous les secteurs d’activité (du travail de bureau, aux fonderies métallurgiques), et concerne tous les niveaux d’investigations humaines : de l’ergonomie au quotidien jusqu’à la recherche de solutions de développement durable.

Qu'est ce que l'Ergonomie ?

Le terme « ergonomie » vient du grec Ergon (travail) et Nomos (règles).

L’ergonomie peut donc être définie comme la science du travail ayant pour objet l’adaptation du travail à l’homme. Avoir comme objectif une meilleure adaptation du travail à l’homme implique (dans la mesure du possible) de considérer tous les aspects du travail : physiologie, psychologie, biomécanique, sociologie, ingénierie…

L’ergonomie est donc une science pluridisciplinaire qui vise l’adaptation d’un système à son utilisateur, afin que ce dernier puisse mener ses activités avec un maximum d’efficacité, de satisfaction et de bien-être, avec une phase d’adaptation réduite.

Quels sont les objectifs de l'ergonomie ?

La plupart des définitions de l’ergonomie mettent en avant deux objectifs fondamentaux :

d’une part le confort et la santé des utilisateurs :
Il s’agit d’éviter les risques (accidents, maladies), et de minimiser la fatigue (liée au métabolisme de l’organisme, au travail des muscles et des articulations, au traitement de l’information, à la vigilance)

d’autre part l’efficacité :
L’efficacité pour l’organisation se mesure sous différentes dimensions (productivité, qualité, fiabilité). Cette efficacité est dépendante de l’efficacité humaine. En conséquence, l’ergonomie vise à identifier les logiques des opérateurs et à concevoir des systèmes adaptés. (P. Falzon)

Que sont les troubles musculo-squelettiques (TMS) ?

Les TMS signifient Troubles Musculo-Squelettiques. On les appelle encore Pathologies d’Hypers Sollicitations ou Lésions par efforts répétitifs.

Ce sont des maladies multifactorielles à composante professionnelle. Les sollicitations qui sont à l’origine des TMS sont biomécaniques, (mauvaises postures maintenues dans le temps, gestes répétitifs, efforts musculaires importants, ports de charges…), organisationnelles et psychosociales. (stress…)

Les TMS affectent principalement les muscles, les tendons et les nerfs, c’est-à-dire des tissus mous.
Exemples de TMS : tendinite, syndrome du canal carpien, lumbago, sciatique…

La symptomatologie clinique des TMS est pauvre et la douleur en est souvent le seul signe.
Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter le site de l’assurance maladie.

top